Événements
janvier 2018
Connexion
À la Une
Recevez notre
newsletter.
Pour être toujours informé.

L’huile d’olive dans la grossesse et la petite enfance

Olive oil plays a key role in foetal development during pregnancy and a shortage may have pernicious effects on the baby's subsequent development.

L’HUILE D’OLIVE ET LA GROSSESSE

L’huile d’olive joue un rôle fondamental pour le fœtus au cours de la période de gestation.

Selon les informations dont on dispose, les enfants de mères ayant consommé de l’huile d’olive au cours de leur grossesse ont un meilleur développement postnatal, en ce qui concerne la taille, le poids, le comportement et l’acquisition de réflexes psychomoteurs.

La vitamine E est nécessaire à la croissance du fœtus mais également du nouveau-né qui, au moment du premier contact avec l’oxygène, est obligé de lutter contre le stress oxydatif provoqué par cette nouvelle situation. Pour cela, il a besoin de réserves de vitamine E, substance qui ne se trouve pas en quantités abondantes dans l’huile d’olive mais qui est maintenue dans un état de concentration adéquat grâce à la résistance de l’huile à l’oxydation.

Ainsi, la quantité et la qualité du régime alimentaire suivi au cours de la grossesse jouent un rôle essentiel dans les adaptations métaboliques qui interviennent chez la mère et dans sa relation fonctionnelle avec le fœtus.

 

L’HUILE D’OLIVE ET L’ALLAITEMENT

La vitamine E qui est présente dans le sang de la femme enceinte se concentre au cours de l’accouchement dans la glande mammaire, ce qui permet à la mère de continuer à apporter cette vitamine à son bébé pendant l’allaitement. Le maintien des niveaux de cette vitamine au cours de l’allaitement est fondamental.

De même, l’emploi de l’huile d’olive est recommandé chez les prématurés et les nouveau-nés souffrant d’insuffisance biliaire ou pancréatique, en raison de son effet favorable sur le système hépatobiliaire.

L’huile d’olive fournit non seulement une quantité d’acides gras essentiels suffisante pour le développement du nouveau-né mais également un rapport acide linoléique/acide linolénique (les deux acides gras essentiels) similaire à celui du lait maternel.

Outre la preuve de son efficacité dans la prévention de l’hypercholestérolémie et de l’athérosclérose, processus qui peut commencer dès l’enfance, l’acide oléique semble exercer une action positive sur la croissance au cours de cette période, dans la minéralisation et le développement des os.


NÉCESSITÉS DIÉTÉTIQUES

Au cours de la grossesse et de l’allaitement, il est recommandé de consommer une plus grande quantité de graisses monoinsaturées, et de réduire dans la mesure du possible les graisses saturées et le cholestérol, en respectant des normes diététiques générales et en contrôlant la quantité de calories ingérées, pour éviter une prise de poids excessive.

Les nécessités diététiques des enfants de moins de trois ans ne sont pas les mêmes que celles des personnes plus âgées. Pendant la période d’allaitement, 40% de l’énergie consommée provient des graisses : celles que contient le lait maternel et les autres. Il est recommandé de continuer à suivre ce modèle alimentaire pour garantir que l’apport énergétique et nutritionnel couvre les nécessités du développement.