Événements
juillet 2018
Connexion
À la Une
Recevez notre
newsletter.
Pour être toujours informé.

L’huile d’olive et la peau

Chez les être humains, le processus de vieillissement entraîne une altération progressive structurelle et fonctionnelle de la peau.

L’amincissement du derme et de l’épiderme, la perte des fibres élastiques, l’aplanissement de l’union dermo-épidermique, la fibrose avec accumulation de collagène, la perte des capacités défensives et réparatrices de la peau sont quelques-uns des principaux changements qui affectent le tissu cutané.

Des facteurs externes, comme les radiations solaires, produisent une accélération du vieillissement à travers la génération de radicaux libres. Même si les cellules sont munies de mécanismes de défense, il est possible de réduire l’altération cellulaire en ayant recours à des inhibiteurs. À ce titre, l’huile d’olive constitue un inhibiteur naturel, car son profil lipidique est très semblable à celui de la peau de l’être humain.

L’huile d’olive contient, en plus des polyphénols, une proportion importante de vitamine E, source principale de protection face aux radicaux libres qui provoquent l’oxydation cellulaire, ainsi que de vitamines A, D et K. À cet égard, l’huile d’olive est un bon allié de thérapies spécifiques dans des processus dermatologiques comme l’acné, le psoriasis et les exzémas séborréiques.

De même, on pense qu’en raison de sa grande capacité antioxydative, l’huile d’olive pourrait jouer un rôle important dans la prévention du processus d’oxydation continue, l’un des processus qui influencent le développement de certains types de cancers de la peau. Des études sur la vitamine E ont été commencées mais ce type d’observations exige du temps et l’on ne dispose encore d’aucune donnée concluante. Toutefois, la théorie indique que l’acide oléique jouerait un rôle important pour freiner l’oxydation continue.