Accueil / Introduction / Préface
Section A
Section B
Section C
Section D
Section E

 

SECTION A:
Oléiculture et pépinière

 

 

 

 

 

 

Oléiculture et pépinière

          Parmi les espèces d'arbres fruitiers, l'olivier ( Olea europea L .) est une plante qui, plus que les autres, occupe une place cruciale dans la vie de l'homme et qui reflète fidèlement le développement de la culture et de l'alimentation.

Plante fonctionnelle dans le système agricole de très nombreux pays, l'olivier a assumé au cours des millénaires une grande importance économique et sociale et a acquis, grâce à sa longévité et à sa capacité d'adaptation, un rôle important comme partie intégrante du paysage et élément d'occupation d'environnements pédoclimatiques également difficiles ( Photo 1 ).

 

 
Photo 1. L'olivier est une plante fonctionnelle dans le système agricole de nombreux pays à climat méditerranéen.

Une fascinante histoire de 6 000 ans, documentée par des légendes, des traditions, des textes religieux et des vestiges archéologiques, situe l'origine de l'olivier dans les territoires du Moyen-Orient et en décrit l'implantation dans tous les environnements riverains du bassin Méditerranéen et dans de nombreuses autres zones adaptées à sa culture.

À différentes époques, son expansion a d'abord atteint l'aire du “Croissant fertile”, la Turquie, la basse Égypte, les îles de la Mer Égée, puis la Grèce, le littoral balkanique et les péninsules de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal. Par la suite, soutenue par la reconnaissance de sa production et par les conditions environnementales favorables du climat méditerranéen, sa culture s'est diffusée au Maroc, en l'Algérie, en Tunisie et dans les oasis de la Libye. Après la découverte de l'Amérique, l'olivier a été diffusé dans le Sud - au Pérou, en Argentine, au Chili et en Uruguay - et dans le Nord - zones côtières du Mexique et des États-Unis - où il a trouvé son environnement idéal dans l'État de Californie.

Plus récemment, l'olivier a été introduit dans d'autres pays non traditionnellement producteurs ou consommateurs d'huile d'olive : il fait aujourd'hui l'objet d'une diffusion de plus en plus importante en Afrique du Sud, sur le littoral australien, en Nouvelle-Zélande et en Chine ( Figure 1 ).

 

Figure 1. Diffusion géographique des aires agricoles.

 

Dans tous les environnements, cette plante généreuse constitue une ressource économique et sociale. L'homme tire de sa culture des bénéfices divers en termes d'occupation et de protection du territoire et utilise ses produits (olives et huile d'olive) à des fins alimentaires, nutritionnelles et thérapeutiques.

La contribution croissante de l'olivier à la demande agroalimentaire a créé les conditions favorables pour une expansion plus efficace de sa culture, accompagnée dans nombreux pays de programmes spécifiques de développement. L'augmentation généralisée des surfaces oléicoles exige toutefois un soutien adéquat des pépinières qui, soumises à un marché globalisé, doivent pouvoir fournir des plants de la plus grande qualité .

Dans le secteur oléicole, l'activité des pépinières joue en effet une fonction stratégique dont dépendent le choix et les résultats économiques de toute une filière.

La mise au point de techniques de multiplication, l'identification et la conservation du matériel génétique de base pour la production des plants et l'emploi de nouvelles technologies sont des éléments essentiels pour permettre à la pépinière oléicole de fournir des oliviers adaptés au développement d'une oléiculture moderne, durable et rentable. Un secteur pépiniériste moderne, qui participe aux innovations technologiques et apporte un dynamisme au secteur, constitue finalement un cadre idéal pour le transfert des innovations au secteur oléicole. Ainsi, l'olivier, pour ses propriétés et le caractère unique de ses produits, sera en mesure de confirmer son rôle de lien entre tradition et innovation, entre culture et santé et entre croissance et développement économique des populations.

Chapitre 1. Panorama de l'oléiculture moderne

Pour de nombreux pays, l'olivier est une espèce d'une grande importance économique. Au cours des vingt-cinq dernières années, sa culture et ses produits ont fait l'objet d'un intérêt croissant.

Le succès de l'huile d'olive est dû non seulement à sa valeur nutritionnelle mais également aux propriétés thérapeutiques du régime alimentaire méditerranéen dont il fait partie et qui est reconnu comme modèle d'alimentation idéale, y compris au-delà des confins méditerranéens. La recherche médicale et la diffusion d'informations sur les vertus biologiques de l'huile d'olive ont ainsi confirmé la valeur de ce produit et favorisé sa présence sur de nouveaux marchés à fort potentiel de consommation. La convergence de tous ces facteurs a entraîné au cours des quinze dernières années une augmentation considérable de la consommation mondiale d'huile d'olive ( Graphique 1 ) , qui est passée de 1,6 million de tonnes en 1990 à 2,8 millions en 2005, croissance due principalement à l'augmentation de la consommation dans les pays non traditionnellement producte urs et/ou consommateurs.

 

Graphique 1 . Évolution de la consommation mondiale d'huile d'olive (Source COI).

 

L'augmentation de la demande a favorisé le processus d'expansion des surfaces oléicoles au niveau international. Entre 1990 et 2005, celles-ci ont en effet augmenté en moyenne de 1 % par an ( Graphique 2 ).

 

Graphique 2. D iffusion mondiale de l'oléiculture entre les années 1950 et 2005 (Sources diverses : documents de la FAO et du COI).

Jusqu'à la fin des années 1960, l'oléiculture mondiale a été caractérisée par une période de croissance qui a concerné surtout les pays traditionnellement oléicoles. D'après les données publiées à l'époque, les surfaces oléicoles déclarées s'étaient stabilisées aux alentours de 8 millions et demi d'hectares. Au cours des deux décennies suivantes, des recensements menés par des organismes internationaux indiquaient que ce patrimoine cultural n'avait pas subi de développements importants.

En revanche, à partir des années 1980, l'introduction de techniques agronomiques innovatrices et la mise en œuvre de plans de développement du secteur, programmés pour rénover des plantations âgées ou pour développer une oléiculture plus rémunératrice, ont donné lieu à une forte expansion de la surface oléicole mondiale qui a atteint plus de 10 millions d'hectares. Cette tendance s'est confirmée et accentuée au cours des cinq dernières années ( Graphique 3 ). Le développement de l'oléiculture enregistré à partir des années 1980 ne doit pas être considéré seulement en termes d'interventions qui ont permis de rationnaliser les pratiques agronomiques, de technologies rénovées des systèmes d'extraction de l'huile et de traitement des olives de table ou d'évolution du secteur de la production en pépinière, mais également en termes de modernisation des exploitations qui a donné lieu à l'augmentation de la productivité.

Ce renouvellement, qui a été suivi par le Conseil oléicole international (COI), se reflète dans la typologie actuelle des exploitations ( Photo 2 ).

Les aires «  marginales  » ont en effet été réduites à 25 %. Leur présence, qui continue à garantir 10 % de la production mondiale, répond à des exigences précises de conservation hydrologique et de mise en valeur du paysage et constitue une expression de la culture et des traditions du territoire . L'oléiculture «  traditionnelle  », qui est encore aujourd'hui la plus diffusée (50 % de la superficie totale) et qui fournit 40 % de la production, a fait l'objet d'interventions légères et ponctuelles de rajeunissement des plants. Le nombre d'arbres a augmenté et les oliveraies ont été adaptées aux techniques culturales modernes. L'expression plus actuelle de l'oléiculture «  moderne  » est en revanche reconnue aux exploitations conçues sur des critères d'innovation et d'adaptation aux techniques de cultures modernes (formes de conduite plus rationnelles, interventions d'irrigation et de gestion du sol, développement de la récolte mécanisée, etc.). Cette structure, bien qu'occupant 25 % de la surface oléicole, est en mesure de fournir annuellement près de 50 % de la production mondiale. La diffusion d'une oléiculture moderne et le développement de cette culture également dans des pays non traditionnellement producteurs d'olives, ont entraîné une augmentation proportionnelle du patrimoine oléicole en termes de nombre d'arbres plantés ( Graphique 3 ).

 

 

Graphique 3. Augmentation du nombre de plants d'oliviers entre les années 1960 et 2005 (Sources diverses : documents de la FAO et du COI).

 

Les données actualisées en 2005 (865 millions de plants) indiquent que l'augmentation du nombre d'oliviers par rapport aux années 1960 (720 millions) a été de 13,3 %.

Le graphique 3 montre en outre que le rythme de croissance annuelle moyenne, qui était de 0,2 % jusqu'en 1980, a augmenté à près de 1,1 % entre la fin des années 1990 et 2005. En termes numériques, cela signifie qu'au cours de la dernière période de référence, près de 9 millions d'oliviers ont été plantés chaque année.

 

Photo 2. Oléiculture traditionnelle et oléiculture moderne.

 

La description de l'évolution de l'oléiculture moderne peut être complétée par trois brèves réflexions.

La première est que cette culture a des perspectives d'avenir fondées. La demande croissante par les consommateurs d'un aliment reconnu indispensable à la santé ne peut que promouvoir une intensification de l'oléiculture, aussi bien dans les pays du bassin Méditerranéen que dans d'autres pays où cette culture a été reprise ou fortement activée.

La seconde réflexion repose sur des études menées par le Conseil oléicole international prévoyant jusqu'en 2010 une croissance des exploitations oléicoles de l'ordre de 120 000 hectares par an, ce qui signifie que la superficie oléicole mondiale atteindrait à cette date près de 12 millions d'hectares.

La dernière réflexion confirme le développement et le rôle essentiel de la production oléicole en pépinière qui, pour garantir un produit de qualité aux producteurs et aux consommateurs, devra s'imposer dans le monde entier comme fournisseur exclusif de plants d'olivier.

 

Chapitre 2. Production en pépinière dans les pays oléicoles

Les traits essentiels du secteur pépiniériste oléicole international et l'organisation du processus de multiplication sont peu connus car ces informations sont prises en compte dans le total de la production des arbres fruitiers en pépinière dans les statistiques officielles. Pour confirmer le rôle de ce secteur dans la diffusion de l'olivier dans le monde ( Photo 3 ), nous nous sommes basés sur des informations d'une recherche précédente ( Cimato A ., 1999 ) récemment actualisée.

Les réponses à un questionnaire envoyé aux experts du secteur, ont permis d'élaborer des informations sur les dimensions des pépinières, les équipements utilisés, les techniques adoptées pour la multiplication et les productions moyennes annuelles de plants.

 

Photo 3. Le secteur pépiniériste oléicole joue un rôle important dans la diffusion de cette culture dans le monde.

 

L'étude a montré que l'activité pépiniériste est une réalité hétérogène et assez différente du secteur des pépinières arboricoles.

Les pépinières spécialisées dans la production de plants d'oliviers sont généralement localisées dans des zones à forte tradition, caractérisées par un développement important de cette culture et la conjonction de plusieurs facteurs favorables (environnement, disponibilité de main-d'œuvre qualifiée , etc. ).

Les pépinières oléicoles sont davantage représentées par des entreprises de petites dimensions (productions moyennes annuelles de 10 000 à 20 000 oliviers) à conduite principalement familiale. Les structures de plus grandes dimensions produisent entre 30 000 et 100 000 oliviers par an. Dans les pays à forte tradition pépiniériste, on trouve également des entreprises modernes capables de fournir des productions comprises entre 150 000-200 000 et 500 000 oliviers par an.

Les réponses au questionnaire indiquent que la production des plants s'inscrit rarement dans le cadre d'un calendrier précis, probablement en raison du fort individualisme qui caractérise l'esprit des entrepreneurs de ce secteur, et que le choix des variétés multipliées repose davantage sur l'intuition personnelle que sur une étude de marché. En outre, il est apparu que la gestion n'était pas toujours rentable. La non-utilisation optimale des processus de production constitue en effet un élément important de variabilité dans l'économie de la pépinière.

Les données présentées dans la Figure 2 indiquent une production annuelle mondiale de 43,5 millions de plants d'olivier. Près de 84 % (36,54 millions) de cette production provient du bassin Méditerranéen et le reste (6,96 millions) est fourni par les autres pays.

 

Figure 2. Production moyenne annuelle d'oliviers 1995-2005 (A. Cimato – données élaborées à partir du questionnaire).

 

Ces données indiquent que les pépinières devront être en mesure de répondre aux prévisions d'expansion de l'oléiculture mondiale qui annoncent une demande annuelle de près de 50 millions d'oliviers pour la prochaine décennie.

L'adaptation des pépinières oléicoles à des techniques de multiplication plus modernes a eu une influence sur la typologie des plants produits. En effet, selon notre étude, il apparaît que 73,2 % des plants produits (environ 31,8 millions d'oliviers) sont obtenus au moyen de la technique de la “ mist propagation” (nébulisation de brouillard artificiel) , 21,6 % par greffage et seulement 5,2 % (2,2 millions d'oliviers) sont encore multipliés au moyen de techniques plus traditionnelles ( Figure 3 ).

 

Figure 3. Production annuelle d'oliviers selon les techniques de multiplication(A. Cimato – données élaborées à partir du questionnaire).

 

D'après ces données, la production de plants se concentre de plus en plus dans des pépinières disposant de structures modernes de multiplication sous nébulisation de brouillard artificiel, plus efficaces, ce qui tend à faire disparaître l'image professionnelle du “petit entrepreneur” qui se consacre uniquement à la production d'oliviers au moyen de systèmes traditionnels ou de la technique de la multiplication par bouture. Enfin, en ce qui concerne l'origine du matériel végétal, la Figure 4 montre que 16,7 % des oliviers sont obtenus à partir de cultivars non originaires des pays producteurs et que la plupart des plants (plus de 36 millions d'oliviers) proviennent de variétés autochtones.

 

Figure 4. Annual olive plant production itemised by source of plant material (A. Cimato – data based on questionnaire).

 

Les réponses au questionnaire ont également montré les exigences du secteur, en particulier l'optimisation des résultats de la multiplication sous nébulisation de brouillard artificiel, l'introduction de la fertirrigation et de substrats alternatifs à la tourbe, la mise en œuvre d'un processus de certification et l'actualisation du matériel végétal de base à l'échelle internationale dans le cadre d'un “Registre variétal”.

Cette dernière requête indique la nécessité de ne pas limiter la production oléicole moderne des pépinières à seulement 2 0 cultivars traditionnels (près de 60 % de la production internationale est en effet obtenue à partir de variétés principalement d'origine européenne : “ Manzanilla”, “Picholine”, “Frantoio”, “Leccino”, “Picual”, “Koroneki” , etc., et depuis peu, également à partir de la variété israélienne “Barnea” ) mais d'élargir la gamme d'options pour les opérateurs et les marchés en mettant mieux en valeur les ressources génétiques dont l'olivier est particulièremenet doté.

Pour conclure, on insistera sur l'opportunité d'améliorer les processus de production et de mieux programmer l'entreprise grâce à la mise en place d'un secteur pépiniériste oléicole territorialement plus équilibré et basé sur une conception commerciale, technologique et productive nouvelle, à même de jouer un rôle “stratégique” sur le plan économique et social, de fournir des plants adaptés aux différents environnements et de constituer un cadre idéal pour le développement de l'oléiculture, assurant à tous les pays un profit efficace et durable de l'utilisation de cette ressource naturelle.

 

 

 

 

 

Site Design by Taguas2000
taguas2000@hotmail.com