Événements
septembre 2018
Connexion
Recevez notre
newsletter.
Pour être toujours informé.

Year 2018

La nouvelle stratégie d’information du COI présentée aux EVOO Days de Vérone

Madrid - Le Conseil oléicole international a entamé les procédures administratives pour la construction du nouvel Observatoire et pour la réforme du site web de l’organisme intergouvernemental. Cette activité est le résultat des décisions adoptées par le Conseil des Membres lors de la 106e session en novembre 2017. Les tâches de l’Observatoire seront l’installation d’un système logiciel fiable pour mettre en valeur la situation du secteur oléicole grâce à des indicateurs pertinents, précis et réguliers ; le recueil d’informations internationales, l’analyse et le traitement des données concernant le secteur de l’huile d’olive et des olives de table ; la diffusion des informations et des données recueillies et leur mise à la disposition des acteurs tels que les décideurs, les planificateurs, les chercheurs, les producteurs, les exportateurs et les autres parties prenantes du secteur.

 

« Il s’agit d’une activité très complexe car l’oléiculture mondiale est en constante évolution et le secteur a constamment besoin de mises à jour » a  le Directeur exécutif Abdellatif Ghedira dans un communiqué publié à l’occasion des EVOO DAYS de Veronafiere. « Nous travaillons avec la collaboration des Membres pour créer un réseau de services d’information que nous espérons présenter au Conseil à la fin de l’année 2018 ». Pour le COI, les priorités sont d’établir et d’administrer une plateforme d’information globale et de coordonner les informations et les indicateurs de développement du secteur. C’est dans cet objectif que le Conseil des Membres a créé un nouveau Département responsable des services d’information, qui sera chargé de la création de cet Observatoire. Les autres responsabilités de ce Département seront la lettre d’information mensuelle (newsletter) de l’Unité d’économie et le journal en ligne OLIVAE dont le prochain numéro est consacré à la Tunisie et le suivant traitera du Maroc, en plus de toutes les activités normales de contact et de renforcement des relations avec la presse internationale du secteur.

 

Le Conseil oléicole international, qui a été créé en 1959 sous les auspices des Nations Unies, est la seule organisation intergouvernementale internationale spécialisée dans le secteur de l’huile d’olive et des olives de table. Le Conseil est basé à Madrid.

 

Pour atteindre ses objectifs, le COI privilégie la coopération technique internationale à travers des projets de recherche et développement, des activités de formation et de transferts de technologie ; il soutient la croissance du commerce international de l’huile d’olive et des olives de table ; il révise et met à jour les normes commerciales ; œuvre pour l’amélioration de la qualité et pour une meilleure intégration de la dimension environnementale dans les activités du secteur de l’huile d’olive et des olives de table ; encourage la consommation mondiale des produits oléicoles grâce à des campagnes innovantes et à des programmes spécifiques ; publie des statistiques et des informations sur le marché mondial de l’huile d’olive et des olives de table ; réunit périodiquement des représentants des gouvernements pour réfléchir aux problèmes du secteur et aux priorités d’action du COI et travaille en étroite collaboration avec le secteur privé. Les données officielles (mises à jour en novembre 2017) indiquent que la production de la campagne devrait se situer autour de 3 millions de tonnes d’huile d’olive. Ces données devront être confirmées à la fin de la campagne. Sur ce total, plus de 1,8 million de tonnes proviennent de l’Union européenne et 900 000 tonnes de pays membres non européens tels que la Tunisie, la Turquie, le Maroc, l’Algérie, l’Argentine, la Jordanie et la Palestine. Enfin, 180 000 tonnes proviennent de pays producteurs non membres du COI, tels que la Syrie, l’Australie et le Chili. Le principal importateur d’huile d’olive dans le monde reste les États-Unis d’Amérique, avec 37 % du marché mondial, suivi de l’Europe avec une part de 16 %.

 

 

.